vioxx : le desastre ! afssaps : la honte ! France : la médecine catastrophe !

Le Vioxx : aussi grave que l’affaire du sang contaminé Miracle : après Tchernobyl, la France épargnée par le Vioxx!

Le Vioxx, cet anti-inflammatoire prescrit dans l’arthrose aurait fait des dizaines de milliers de victimes aux États-Unis. Et en France ? Selon l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), notre pays aurait été miraculeusement épargné. Un peu comme quand le nuage de Tchernobyl s’est arrêté aux frontières…

Merci Sainte Geneviève !

Quelle est donc cette force divine qui préserve notre beau pays des catastrophes qui ravagent le monde ? Il y a 19 ans, le nuage parti de Tchernobyl, s’était, souvenons-nous-en, miraculeusement arrêté à l’aplomb même des frontières belges, allemandes, suisses et italiennes déversant opportunément ses scories radioactives chez nos voisins avant de poursuivre sa route, rose joufflu et propre comme un poupon sortant du bain, poussé par la brise parfumée du printemps.

Eh bien, mes chers internautes, le miracle s’est reproduit ! La bonne fée qui veille sur la France a remis ça. Cette fois, nous lui devons d’avoir été totalement épargnés par la catastrophe sanitaire du Vioxx. Le Vioxx, ou rofecoxib, c’est ce médicament anti-inflammatoire de l’arthrose et de l’arthrite que le laboratoire Merck a retiré du marché le 30 septembre 2004 pour cause d’infarctus et de morts subites en série. Si l’on en croit les estimations de la Food and Drug Administration, le Vioxx n’a pas fait dans le détail : 88 000 à 139 000 accidents graves rien que pour les États-Unis, comme France-Inter l’a rapporté brièvement le 25 janvier 2005 dans son journal de la mi-journée. Et en France ? Pas plus France-Inter que France 2, qui a consacré une émission au Vioxx… aux États-Unis, ne se pose la question. Car en France, le Vioxx, pourtant prescrit neuf millions de fois, n’a quasiment pas fait de victimes. Merci Sainte Geneviève. Les mêmes conditions de prescription qu’aux États-Unis.

Ce n’est pas sur France-Inter ou sur France 2 que les autorités sanitaires françaises sont accusées de lenteur ou d‘incompétence. C’est dans le Lancet, la revue médicale britannique, qui n’est pas forcément lu par vos voisins de palier. Dommage. Car dans le Lancet, Peter Jüni écrit « qu’une augmentation du risque d’infarctus du myocarde était évidente à partir de 2000. À la fin de l’année 2000, cet effet était substantiel, et il était peu probable qu’il fût dû au hasard. » Jüni reproche donc aux agences sanitaires de n’avoir pas fait leur travail.

Publicités
Cet article a été publié dans médical killer. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s