Votre médecin est un tueur !

52% des prescriptions par ordonnance sont risquées ou dangereuses. Jean-Claude Saint-Onge: interview radio Canada

À l’heure où le public se pose de plus en plus de questions sur l’avenir de notre système de santé et l’augmentation sans cesse croissante de la part des médicaments dans les dépenses de santé, L’envers de la pilule est un ouvrage incontournable.

S’appuyant sur une recherche poussée et possédant une plume alerte, J.-Claude St-Onge brosse un tableau clair des dessous de l’industrie pharmaceutique. Dans cette synthèse, il dévoile l’envers sombre et alarmant des pratiques de cette industrie et montre comment elle est devenue, au cours des dernières décennies, la plus rentable de toutes.

Son analyse porte entre autres sur les profits colossaux et en constante progression de cet empire financier, les brevets et le monopole des médicaments, les essais cliniques, la recherche et développement, le marketing, la médicalisation des événements de la vie ou l’art de forger des pathologies, les nouveaux médicaments qui n’en sont pas véritablement, trop chers et moins efficaces que les vieilles pilules, les médicaments dangereux, les médicaments plus ou moins utiles. En excellent vulgarisateur, il illustre son propos d’exemple probants.

« À petite dose, on finit par digérer ces faits. Mais, en les mettant bout à bout, la pilule devient difficile à avaler », estime l’auteur.
Commentaire

Bien sûr, les médicaments sont nécessaires et bénéfiques dans plusieurs cas. Mais ils ne sont pas parfaits. Ainsi, à la lecture de ce livre, on apprend que tout médicament comporte des risques, qu’une étude effectuée au Québec a révélé que 52 % des prescriptions par ordonnance sont risquées ou dangereuses, qu’aucune étude prouve l’efficacité des médicaments expectorants et antitoussifs, que les médicaments occuperaient entre la quatrième et la sixième place dans les causes de mortalité, tout ça pendant que les PDG des industries pharmaceutiques gagnent en moyenne un revenu annuel de 21 millions de dollars chacun. Instructif, critique et bien documenté.

 
Jean-Claude Saint-Onge professeur de philosophie au collège Lionel-Groulx est l’auteur de L’envers de la pilule. Les dessous de l’industrie pharmaceutique.

La part du budget de la santé consacré aux médicaments augmente de façon incroyable. Elle représente le double de l’ensemble des dépenses de santé.

«Les compagnies pharmaceutiques font beaucoup de publicité pour vendre le plus de médicaments possible. Elles médicalisent les évènements normaux de la vie d’un individu», explique le professeur. «Par exemple, on a redéfini la timidité comme phobie sociale, et on soigne maintenant la timidité chez les jeunes avec des antidépresseurs. De sorte qu’au Canada, la consommation d’antidépresseurs chez les 6 à 12 ans a augmenté de 142 % en 4 ans.»

L’industrie pharmaceutique est fleurissante depuis les années 1990. «Il y a énormément de concurrence à l’intérieur de l’industrie pharmaceutique. On essaie donc de maximiser les profits en mettant constamment en marché de nouveaux médicaments pour chaque petits nouveaux malaises», résume Jean-Claude Saint-Onge.

 
Jean-Claude Saint-Onge: interview radio Canada (a écouter)
Publicités
Cet article a été publié dans médical killer. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s